Eagly, A. H., & Chaiken, S. (1993). La psychologie des attitudes. Harcourt Brace Jovanovski Collège éditeurs. Les attitudes que nous exprimons (1) aident à communiquer qui nous sommes et (2) peuvent nous faire sentir bien parce que nous avons affirmé notre identité. L`auto-expression des attitudes peut être non-verbale trop: pensez autocollant de pare-chocs, casquette, ou slogan de T-shirt. La question de savoir si les attitudes sont explicites (c.-à-d. formées délibérément) versus implicites (c.-à-d., subconscient) a été un sujet de recherche considérable. La recherche sur les attitudes implicites, qui sont généralement non reconnues ou en dehors de la sensibilisation, utilise des méthodes sophistiquées impliquant les temps de réponse des personnes aux stimuli pour montrer que les attitudes implicites existent (peut-être en tandem avec des attitudes explicites de la même de l`objet). Les attitudes implicites et explicites semblent affecter le comportement des gens, mais de différentes manières. Ils ont tendance à ne pas être fortement associés les uns aux autres, bien que dans certains cas, ils sont.

La relation entre eux est mal comprise. L`une des hypothèses sous-jacentes sur le lien entre les attitudes et le comportement est celle de la cohérence. Cela signifie que nous attendons souvent ou habituellement le comportement d`une personne pour être cohérent avec les attitudes qu`ils détiennent. C`est ce qu`on appelle le principe de cohérence. Les gens utilitaristes adoptent des attitudes qui sont gratifiantes et qui les aident à éviter les punitions. En d`autres termes, toute attitude qui est adoptée dans l`intérêt personnel d`une personne est considérée comme servant une fonction utilitariste. Considérez que vous avez un condo, les gens avec des condos paient des impôts fonciers, et par conséquent vous ne voulez pas payer plus d`impôts. Si ces facteurs conduisent à votre attitude que «l`augmentation des impôts fonciers sont mauvaises» votre attitude est au service d`une fonction utilitariste. L`idée de base derrière l`approche fonctionnelle est que les attitudes aident une personne à faire la médiation entre ses propres besoins intérieurs (expression, défense) et le monde extérieur (adaptation et connaissance). La théorie du comportement planifié a été proposée par Icek Ajzen en 1985 à travers son article «des intentions aux actions: une théorie du comportement planifié». La théorie a été développée à partir de la théorie de l`action raisonnée, qui a été proposée par Martin Fishbein en collaboration avec Icek Ajzen en 1975. La théorie de l`action raisonnée était à son tour fondée sur diverses théories d`attitude telles que les théories d`apprentissage, les théories de la valeur de l`espérance, les théories de cohérence et la théorie de l`attribution.

Selon la théorie de l`action raisonnée, si les gens évaluent le comportement suggéré comme positif (attitude), et s`ils pensent que leurs autres significatifs veulent qu`ils exécutent le comportement (norme subjective), cela se traduit par une intention plus élevée (motivation) et ils sont plus susceptibles de le faire. Une forte corrélation des attitudes et des normes subjectives à l`intention comportementale, et par la suite au comportement, a été confirmée dans de nombreuses études. La théorie du comportement planifié contient le même composant que la théorie de l`action raisonnée, mais ajoute la composante du contrôle comportemental perçu pour tenir compte des barrières extérieures à son propre contrôle. [35] il y a aussi un intérêt considérable pour la structure intra-attitudinal et inter-attitudinale, qui est de savoir comment une attitude est faite (espérance et valeur) et comment les attitudes différentes se rapportent les unes aux autres.